Home News Test-Achats et 16 autres associations accusent la plateforme de vente en ligne Temu de tromper ses consommateurs

Test-Achats et 16 autres associations accusent la plateforme de vente en ligne Temu de tromper ses consommateurs

0
Test-Achats et 16 autres associations accusent la plateforme de vente en ligne Temu de tromper ses consommateurs

Manque de transparence et manipulation

Les 17 organisations se sont donc coordonnées jeudi pour déposer simultanément une plainte devant les autorités administratives de leur pays. Il ne s’agit donc pas d’attaques en justice : en Belgique, c’est vers l’IBPT — qui régule la concurrence ― que s’est tourné Test-Achats. Sébastien Pant, porte-parole de BUEC, l’association rassemblant les unions de consommateurs européennes à l’origine de l’initiative, explique. “La prochaine étape est que les autorités irlandaises se saisissent du dossier, puisque le bureau européen de Temu est à Dublin”. En parallèle, l’association a saisi la Commission européenne, qui devrait bientôt voir Temu tomber sous son autorité directe.

Pour BUEC, Temu enfreint le nouveau Digital Service Act (DSA). L’entreprise ne respecterait notamment pas l’exigence de traçabilité des vendeurs. Temu “n’est pas en mesure d’indiquer si les produits répondent aux exigences de sécurité de l’UE” précise Julie Frère, porte-parole de Test-Achats. Autre infraction : l’utilisation de “pratiques manipulatrices visant à inciter les consommateurs à acheter plus”, ajoute la porte-parole. Produits ne correspondant pas à l’annonce, fermeture de compte trop complexe… La plateforme multiplie les stratagèmes interdits par le DSA. Enfin, le géant chinois est soupçonné d’utiliser les données sensibles de ses clients dans son algorithme.

La plainte prise “très au sérieux”

Sollicitée par nos soins, l’entreprise assure “prendre la plainte très au sérieux”. Elle rappelle en outre son “objectif de respecter les exigences légales minimales, mais également de les dépasser”. Temu s’est d’ailleurs accordé la semaine dernière avec VZBV, l’équivalent allemand de Test-Achats, pour revoir ses pratiques. Pas assez cependant pour que BUEC renonce à ses poursuites : la plateforme doit élargir ces engagements à toute l’UE.

M. Pant attend “une réponse claire de Temu. Ils enfreignent la loi depuis plusieurs mois, il ne suffit pas qu’ils se remettent aux normes. Il faut que les autorités interviennent”. À ce propos, le porte-parole se montre confiant : “la loi est faite pour être appliquée, je n’ai pas de doute que les plaintes aboutiront”.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here